A+ A A-
Menu

Le livre et l’estampe - 50 ans passés en revue

Marianne Delvaulx-Diercxsens

revue introductionC’est en 1954, lors de la renaissance de la Société des Bibliophiles et Iconophiles de Belgique, qu’il fut décidé de remplacer les somptueuses et ruineuses éditions des années 20 et 30 par une revue « donnant des renseignements concrets pour aider les bibliophiles et iconophiles à former leurs collections. » Le libraire Paul van der Perre aidé du comité de rédaction en prit la responsabilité dès le début : il lança, développa et porta Le livre et l’estampe jusqu’à son décès survenu en 1970. Il assura à la jeune revue sérieux, exigence et qualité [qui la caractérisent toujours] en faisant appel à des collaborateurs dont les travaux font encore référence aujourd’hui.

Georges Colin, Conservateur de la Réserve précieuse de la Bibliothèque royale lui succéda et mena la revue avec le même bonheur jusqu’en 1977. Auteur lui-même d’articles et de recherches, il fit appel à Fernand Baudin pour mettre au point une élégante maquette et codifier les règles strictes de la mise en page de la revue. Paul Culot , puis Eugène Rouir reprirent le flambeau. Actuellement deux collaborateurs Marianne Delvaulx-Diercxsens et Pierre Mouriau de Meulenacker gèrent « l’Organe de la Société des bibliophiles ».

Grâce aux efforts de ceux qui l’ont menée, grâce aux auteurs qui ont bien voulu lui confier leurs travaux, Le livre et l’estampe demeure, selon le souhait de ses fondateurs, une revue scientifique qui a permis de visualiser la bibliophilie belge et de refléter les progrès dans cette connaissance.

Elle a paru sans interruption depuis sa fondation, elle compte 50 tomes, 160 volumes, plus ou moins 600 articles et plus de 15.000 pages ; elle est bien diffusée à l’étranger, entre autres par les abonnements des grandes bibliothèques et universités françaises et américaines.